AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (marty) banana à gogo.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marty Hundertown

avatar

○ TREE LEAVES : 3

MessageSujet: (marty) banana à gogo.   Sam 19 Déc - 19:56


(Hundertown, Marius)
- the orchestra  -
©tumblr/the servant.

nom complet ○ Son nom de famille est Hundertown, héritage paternel. Son prénom est Marius mais franchement il en a tellement honte qu'il se fait appeler Marty depuis qu'il est gamin. Sinon il a deux autres prénoms: Kurt et Charles. Ses parents se sont fait un petit kiff. âge, date de naissance ○ La quarantaine arrive mais il a trente-neuf ans. Il est né à Eureka Springs dans l'Arkansas. Il a rarement quitté la ville.  signe astrologique ○ il est bélier. Téméraire, il sait ce qu'il veut. origines et nationalité Américain de pur souche. Son père est un pauvre fermier de l'Arkansas et sa mère est institutrice. Aucune origine rocambolesque, bizarre. Non, américain simplement. job, études ○ Il est mécanicien. Pour certains c'est précaire mais il a toujours aimé le travail manuel. C'est tout naturellement qu'il a passé ses heures d'adolescents sous des voitures avant d'en faire son métier. statut civil ○ il est marié. Oui désolée, mais il aime sa femme. Il y a bientôt un petit Hundertown de plus dans la famille, car il est père d'une petite fille de six ans qu'il a eu d'une précédente conquête. traits de caractère ○ Marty est quelqu'un de très perfectionniste. Il peut rester des heures sur la même chose jusqu'à ce qu'elle pense que ce soit parfait. C'est un vrai papa poule. Il est complètement gaga des enfants et de sa fille en particulier et bientôt du petit Hundertown. Il est jaloux. Celui qui s'approche trop près de sa femme peut voir le mur d'un peu trop près. Durant son adolescence il a eu des problèmes de violence. Un trop plein de haine qu'il avait du mal à canaliser. Aujourd'hui il est plus calme mais il arrive par moment qu'il a du mal à se calmer tout seul. Seule sa femme arrive à faire quelque chose. C'est un bosseur, un acharné. Son entreprise il l'a monté tout seul et il en est très fier aujourd'hui. C'est une personne joviale, il essaye toujours de voir les choses positivement. Le monde est déjà assez triste alors pourquoi voir les choses en noir? C'est un bon-vivant. Il aime les bonnes choses, la bonne nourriture, le bon vin et les bons moments avec ses proches. objet féticheUn tournevis. Pas n'importe lequel. Celui que lui a offert son grand-père quand il avait huit ans. groupeEarth.


- Make myself a headband from your fallen leaves -
01. Marty (Marius) est né dans une famille assez précaire. Il est l'aîné de la fratrie : trois garçons. Sa famille a toujours vécu dans la ferme familiale. Ils ont vécu avec leurs grands-parents c'était une sortie de tradition. Marty a décidé quand même de quitter la ferme familiale et d'avoir sa propre petite maison en campagne avec sa femme pour vivre tranquillement sa vie de famille. Son père et son grand-père l'ont très mal pris. 02. Il a rencontré une demoiselle quand il avait trente-deux ans. Ce n'était pas très sérieux à la base pourtant elle est tombée enceinte. Elle, vivait de strass et de paillettes. Le campagnard et la petite actrice quel cliché. Elle n'a pas voulu de cette petite fille et a décidé de la confier à Marty. Marty a toujours fait passer sa fille en priorité jusqu'à sa rencontre avec Swan, la femme de sa vie. 03. Marty et Swan c'est un peu le couple qui fait rêver, le couple calme posé qui s'aime. Une vie faite de tranquillité et où il n'y a pas un million de problèmes. Swan venait d'une grande ville et a tout quitté pour lui. La plus belle preuve d'amour qu'il a eu. 04. Aujourd'hui, Marty s'apprête de nouveau à être père. Il est super heureux et à hâte de rencontrer son petit bonhomme. 05. Durant l'adolescence Marty a eu des problèmes pour canaliser la violence et la haine qu'ils ressentaient. Martyrisé par les enfants quand il était à l'école, il a enfoui toute sa rancune et vers quinze ans cela est ressorti. Son père l'a mis à faire du sport pour essayer de le canaliser. Sauf que ce n'est pas en jouant au base-ball même s'il adore ça qu'il a réussi à oublier sa colère, c'est en bricolant des voitures. 06. Depuis tout petit il adore les voitures, la mécanique. Son grand-père lui a offert son premier tournevis à huit ans, son porte-bonheur à présent. 07. Il adore les sucreries. Il aime les gâteaux et adore manger. Il pourrait manger que du sucre. Son petit bonheur ? Manger une bonne part de gâteau en buvant un verre de vin. Il n'y a rien de mieux. 08. Il n'est jamais parti de la ville. C'est un enfant de la campagne, il adore sa petite ville et ne se verrait pas vivre dans une capitale. Il adore aller marcher parmi les prés et ressentir l'air pur. C'est vraiment quelque chose qu'il a dans le sang. 09. Ses parents ont très mal pris le fait qu'il ne veut pas reprendre la ferme familiale plus tard. Il compte sur un de ses frères pour le faire. 10. Il n'aime pas lire. Cela lui prend la tête. Il préfère largement regarder la télévision le soir ou alors jouer avec sa fille à la poupée avant de dormir. Oui, il n'est pas du genre à rechigner pour jouer à la barbie.


-Cover me in honeysuckle memories -
1984. « Marius viens par ici ! » J'étais en train de jouer avec le chien du voisin qui était venu faire un tour dans notre ferme. Nous avions notre propre chien mais mon père ne voulait pas que l'on joue avec lui car il fallait qu'il reste dans son travail. C'était n'importe quoi. Ce n'était qu'un pauvre toutou. Je relevais la tête pour voir mon grand-père me faire signe. Aujourd'hui c'était mon huitième anniversaire et comme à tous mes anniversaires j'aurai un gâteau fait par ma grand-mère et un cadeau inutile que mes parents m'offriraient. Le livre de Dickens que ma mère m'avait offert l'an dernier devait traîner quelque part sous mon lit. Je me levais suivi de Jumbo. Je rentrais dans le garage. Mon grand-père était en train de réparer le tracteur. « Tiens ! » Il me lança un objet que je rattrapais. C'était un tournevis. « Bon anniversaire ! » Qu'est ce que j'allais faire avec un tournevis ? Un cadeau vraiment pourri. A croire qu'ils ne comprenaient pas que je voulais un comic ou alors un nouveau vélo. Nous n'avions pas les moyens je devais bien faire avec ce que j'avais. Je fis un léger sourire. « Merci grand'pa. » Fis-je en le fourrant dans ma poche. « Hey ce n'est pas pour le mettre dans la poche ! Viens donc m'aider ! » Je m'approchais de l'engin en sortant mon tournevis de ma poche. Qui aurait cru que ce jour-là j'aurai trouvé ma vocation ? Que sans le savoir mon grand-père avait brisé la tradition familiale ? Le soir même j'eus le droit à un gâteau au chocolat et ma mère m'offrit un nouveau livre. Elle était désespérée que je ne m'intéresse pas à l'école préférant largement courir dans les prés.

1991. « Tu as dis quoi tocard ?! » Je m'étais levé d'un coup de ma chaise. Le professeur avait quitté la salle pendant un moment. Un de mes camarades venaient de me traiter de plouc. Pardon de ne pas avoir les derniers vêtements à la mode, pardon de ne pas avoir une console de jeux. Pardon de vivre dans une ferme. Ma chaise était tombée par terre en résonnant dans la classe. Tout le monde s'était retourné. Je venais de chopper mon camarade par le col de sa chemise. « J'ai dis que tu étais un plouc Hundertown ! » Il avait ri et je venais de lui donner un crochet droit qui lui avait éjecté une dent tellement cela avait été violent. Quelques filles se mirent à crier et très vite un professeur arrivait dans la salle. Pas le nôtre, mais celui de la classe d'à côté. « CA SUFFIT ! » Mon meilleur ami m'avait attrapé par les épaules pour que je me calme et le professeur avait relevé mon camarade dont la bouche pissait le sang. « HUNDERTOWN CHEZ LE PROVISEUR ! » Comme si c'était la première fois. A force je connaissais le chemin par cœur. J'arrivais les mains dans les poches et je me laissais tomber sur la chaise en face de lui. « Il va falloir vraiment que cela s'arrête... » Il me regarda derrière ses petites lunettes qui lui donnaient un air de mouche. Je roulais des yeux. Il convoqua mes parents. En rentrant je me pris la gifle du siècle. Mes parents parlèrent entre eux et il était convenu que je me mette au sport pour canaliser pour agressivité. On me mit au club de base-ball du village. J'aimais ça mais cela ne me suffisait pas. Ce qui me calmait vraiment c'était les heures que je passais dans le garage à bricoler. Je m'enfermais alors dans mon petit monde, dans ma petite bulle.

1992-1993. J'avais quitté l'école à seize ans pour aider mon père à la ferme mais cela ne me plaisait pas du tout. Passer des journées sous un soleil cuisant pour faucher le blé il y avait mieux comme situation. Moi ce qui me bottait c'était de réparer, de faire de la mécanique et de bricoler toutes sortes de petites choses dans la grange. Alors évidemment quand j'annonçais à ma famille que je voulais devenir mécanicien cela ne plût pas trop... « Mécanicien ?! » Mon père répétait ce mot en me fixant. « Oui. Je ne me vois pas être fermier. Ce qui me plaît c'est vraiment d'avoir les mains dans le moteur. » Je fis un grand sourire. Pour une fois que je m'intéressais à quelque chose on allait quand même pas me l'enlever non ? Mon père se tourna vers le sien en tapant du poing sur la table. « C'est de ta faute ! Si tu ne lui avais pas filé ce satané tournevis ou que tu ne l'avais pas laissé bricoler avec toi on n'en serait pas là ! » « Peter... » « Lâche moi Jane ! Ce petit merdeux ne veut même pas donner un coup de main à la ferme il préfère largement jouer à je ne sais quel jeu de construction à la con ! » Mon père se leva de la table en me fixant et me pointant du doigt. « Soit tu reprends la ferme soit tu te casses ! » Il parti en claquant la porte et je me décomposais sur place. Moi qui pensait qu'ils allaient être contents que j'avais enfin une vocation c'était tout le contraire. Je ne voulais pas du tout me retrouver pieds et poings liés. Oh que non. Je tenais bien trop à ma liberté et à ma passion. Alors j'avais choisi. Je partirai. Evidemment cela ne plût pas non plus et mon père rentrait tellement dans une rage folle qu'il était au bord de la syncope je ne le vis jamais comme ça. Mon grand-père fit une crise cardiaque. Il fut sauvé de justesse et mon père me reprochait d'avoir tenté de tuer mon grand-père. Charmant. Je quittais alors la maison familiale avec peu d'affaires et je trouvais un garagiste qui me prit sous son aile. Son fils William devint mon nouveau meilleur ami. J'avais trouvé là une seconde famille. La mienne m'avait renié.

2006. « Bonjour, excusez-moi vous pouvez m'aider ? » Une charmante demoiselle venait d'entrer dans mon garage. J'avais lancé mon entreprise cinq ans plutôt et William m'avait accompagné dans l'aventure laissant le garage à son père. J'étais seul, c'était la pause de midi. Je sortais rarement manger à l'extérieur. William était parti rejoindre sa petite amie du moment. Une fille avec un cul d'enfer comme il disait si bien. Moi j'avais bien du mal à trouver quelqu'un avec qui me poser. Je relevais la tête et je vis cette jolie fille aux cheveux bruns entrer dans mon garage. « Oui ? » « Ma voiture est tombée en panne à environ... quatre kilomètres. » Je la regardais avec de grands yeux. « Vous avez tout fait à pied ? » Il ne faisait pas loin de trente-sept degrés. C'était le Kenya dehors. Pourtant elle souriait. On aurait dit que cela ne lui avait rien fait. « ...Oui. Je n'ai pas vu une seule voiture pour me prendre. Par contre j'ai très mal aux pieds. » Je nettoyais mes mains pour prendre les clés de mon véhicule. « Venez. » On avait monté dans mon camion et on roulait tranquillement. Je la regardais. Elle était jolie. Beaucoup trop jolie. Sa robe fleurie, ses escarpins et ses lunettes de soleil, cela se voyait qu'elle n'était pas d'ici. Elle avait ce sourire colgate sur les lèvres. « Vous venez passer des vacances ? » « Chez mes grands-parents oui. » Elle était calme, paisible. « Qui sont vos grands-parents ? » « Patricia et James Jefferson. » Jefferson. Ce nom me disait vaguement quelque chose. Après, tout, tout le monde connaissait tout le monde. J'hochais légèrement la tête. « Et vous ? » Elle posait ses jambes sur le devant et sa robe remontait légèrement sur ses cuisses. Je ne pus m'empêcher de regarder d'un coin de l’œil. Je me mis à tousser légèrement. « Je suis ici depuis ma naissance. » « Wouah. Vous n'êtes jamais parti ? » « Non. » « Comment vous faîtes ? Moi je ne pourrais pas. Je rêve de grands projets et de grands rêves ! Je viens d'avoir un rôle à Broadway. Je viens chez mes grands-parents pour me ressourcer et apprendre mon texte. » Elle était une vraie piplette. On arrivait à hauteur de sa voiture. Une jolie voiture pour une jolie fille. J'ouvris le capot. Le moteur avait surchauffé, avec le temps qu'il faisait ce n'était pas étonnant et cela dépendait aussi de la vitesse à laquelle elle roulait. Je devais remorquer sa voiture, elle fit une moue. « Ca m'embête un peu. » « Vous n'aurez qu'à demander à votre grand-père de vous prêter la sienne. » Elle soupirait en disant que oui c'était une bonne idée. De toute manière dans cette ville on pouvait facilement faire le tour à pied. Elle s'appelait Hanna. Elle était jolie comme un rayon de soleil. 

2008. « Non je ne peux pas ! » Elle me tendit le cosy et je la regardais avec de grands yeux. Au début j'avais mis ça sur la compte de la peur. Devenir mère était quelque chose qui changeait la vie c'était normal d'avoir des frayeurs mais à croire qu'Hanna ne voulait pas de Juliet. Juliet avait trois mois. Elle était belle comme un cœur. Quand Hanna m'avait annoncé sa grossesse pas du tout prévue j'avais flippé sur le coup mais au final j'avais pris conscience que j'allais avoir de nouvelles responsabilités et je voulais vraiment que ma fille grandisse dans un univers aimant où elle pourrait faire tous ses choix. Hanna avait été plus rétracta ire sur la grossesse, je l'avais convaincu de ne pas avorter mais je voyais bien qu'elle ne s'intéressait pas spécialement à sa fille. De là en ce que ce jour d'automne pluvieux elle était avec ses valises dans le couloir et qu'elle me tendait Juliet comme si c'était un objet cela me rendit furieux. « Tu ne peux pas la laisser ! » « Je n'ai jamais dis que je la voulais ! » « C'est ta fille Hanna ! » « Je ne peux pas me permettre de mettre ma carrière en l'air ! » Je fronçais les sourcils et mon regard se fit assassin. « Dégage alors ! Si c'est pour qu'elle vive avec une qui préfère sa carrière à sa propre fille t'as raison, fuis ! Vas-t-en ! » Je vis le regard désolé et triste de Hanna. Elle prit ses valises et claqua la porte, me laissant seul avec Juliet. D'un seul coup mon poing rentra en contact avec le mur. J'avais mal mais quand Juliet se mit à pleurer je soupirais. Je ne pouvais pas laisser mes sentiments m'envahir. Je posais le cosy sur la table de la salle à manger et je pris la petite dans mes bras. « Papa est là, ça va aller tu vas voir ! » Juliet était vraiment ma raison de vivre à ce moment-là. Je la regardais en essayant de la calmer. Je l'emmenais partout avec moi et même au garage, c'était un peu devenu la mascotte avec son ours en peluche. William l'adorait. J'avais pensé qu'avec Hanna ça aurait pu marcher mais au final, on était bien trop différent.

2009. « Bordel de bordel ! » J'avais Juliet dans les bras et j'étais en train de jongler pour réussir à chopper le biberon. L'ours en peluche venait de tomber sur le sol et j'étais incapable de le ramasser. Juliet pleurait dans mes bras en pleine crise de dents. Cela faisait trois mois que Hanna était partie. Je ne me débrouillais pas si mal. William et sa copine venaient me donner un coup de main de temps en temps. On revenait de chez le pédiatre et j'étais au bord de la crise de nerfs. « Tenez. » Quelqu'un me tendait la peluche et je la pris du bout des doigts. « Merci beaucoup. » « Vous savez vous devriez lui mettre un hochet qui est un peu glacé ça calme beaucoup... Enfin je dis ça je n'ai pas d'enfants mais ma sœur en a une ribambelle et c'est ce qu'elle fait... Enfin c'est un conseil. » Elle me fit un doux sourire. Ses cheveux blonds resplendissaient au soleil et elle avait un sourire d'ange. Juliet n'arrêtait pas de pleurer et je tentais tant bien que mal de la calmer. « Bon courage ! » La demoiselle partit et à ce moment-là je regrettais de ne pas lui avoir demander son numéro de téléphone. Elle avait l'air très charmant. « Rah Juliet s'il te plaît, arrête de pleurer. » J'essayais de lui mettre sa tétine dans la bouche mais elle la recracha. Je passais devant un pharmacien et je rentrais. Un hochet qui pouvait être glacé pour soigner les douleurs de gencives. J'en achetais un, après tout pourquoi pas. A la maison quand je l’avais donné à Juliet, elle se calmait, mettant le hochet dans sa bouche. Je me laissais tomber sur le canapé, épuisé.
Le lendemain je déposais Juliet à la garderie avant de partir pour le travail, passant au café du coin pour me prendre un café bien noir. Juliet avait mieux dormi c'était déjà un bon point. Je faillis rentrer dans quelqu'un qui sortait du café. « Oh attention ! » Je me décala de justesse. C'était la même femme. Je souris. « Merci beaucoup pour le conseil. Vraiment, vous m'avez un peu sauvé la vie sur le coup. » Elle se mit à rire d'un rire cristallin. « Marty. » Fis-je en tendant la main. « Swan. » Elle avait un prénom qui épousait à merveille sa beauté.  

2015. Swan n'est jamais repartie. Je ne l'aurai pas laissé repartir. Elle était faite pour moi. On est sorti ensemble, on s'est installé, on s'est fiancé puis marié et à présent la famille va s'agrandir. Que ne fut pas ma joie quand j'appris cette nouvelle. Juliet bouda le premier jour ayant bien entendu peur de se faire voler sa place par un petit frère ou une petite sœur. Swan l'a adopté comme si c'était sa propre fille. On était une belle petite famille recomposée. J'avais toujours mon affaire, mes parents refusèrent toujours de m'adresser la parole, ils avaient la rancune tenace mais cela ne m'attristait pas. Non car aujourd'hui j'étais vraiment heureux.


pseudo, prénom ○ silver sky, amélie age, pays ○ 24, Fr. avis sur le forum ○ je suis sous le charme du header  coeur3:  type de personnage ○ inventé! avatar ○ jeremy renner  mouahah:  autre ○ écrire ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harlei Ryle
she fell into a summer night.
avatar

○ TREE LEAVES : 423

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future:
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: (marty) banana à gogo.   Sam 19 Déc - 20:00

Oh ce choix, j'adore le pseudo. brille:
J'ai hâte d'en lire plus. bigsmile:
Bienvenue et bon courage pour ta fiche. I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yourrippedjeans.forumactif.be
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (marty) banana à gogo.   Sam 19 Déc - 20:04

crier: crier: crier: crier: crier: crier: crier: crier: crier: crier: tombe: tombe: tombe: tombe:
bon tu sais déjà ce que je pense vu ma réaction sur skype mdr:
bienvenue fleur4: fleur4: fleur4: fleur4: fleur4:
Revenir en haut Aller en bas
Gail Hemsworth
• SAY YOU'LL REMEMBER ME
avatar

○ TREE LEAVES : 113

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future:
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: (marty) banana à gogo.   Sam 19 Déc - 20:20

quel bon choix d'avatar youpiii: coeurcoeur:
bienvenue et j'aime beaucoup Marty, d'avance courir:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queen Barrows

avatar

○ TREE LEAVES : 20

MessageSujet: Re: (marty) banana à gogo.   Sam 19 Déc - 20:21

J'ai hâte de découvrir ce personnage, bienvenue. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marty Hundertown

avatar

○ TREE LEAVES : 3

MessageSujet: Re: (marty) banana à gogo.   Sam 19 Déc - 20:24

Merci à vous tous sing: sing: sing: crier: crier:
Je suis contente de voir que jeremy plait courir: courir:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ron Hepburn

avatar

○ TREE LEAVES : 238

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future:
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: (marty) banana à gogo.   Sam 19 Déc - 20:25

bienvenue, avec ce divin choix d'avatar. tombe: I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marty Hundertown

avatar

○ TREE LEAVES : 3

MessageSujet: Re: (marty) banana à gogo.   Sam 19 Déc - 21:13

Merciiiiii brille: brille: brille:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harlei Ryle
she fell into a summer night.
avatar

○ TREE LEAVES : 423

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future:
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: (marty) banana à gogo.   Sam 19 Déc - 22:10

J'adore Marty et l'histoire est toute mignonne. brille: fleur4:
Je te valide, bon jeu. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yourrippedjeans.forumactif.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (marty) banana à gogo.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(marty) banana à gogo.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Banana Clip Pin Curl Style sur cheveux défrisés
» adjudant-chef Pierre MARTY
» [Shop] : Blue Banana~ (US)
» Tutos à gogo
» M901 Georges Lecointe (ex HMS Cadmus)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ○ WE'RE RUNNING THESE STREETS. :: east of eden :: on top of the world-
Sauter vers: