AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 bippity boppity bitch (calily)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Farraday

avatar

○ TREE LEAVES : 224

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future: 1) find a stupid rich husband who can afford to buy me a archi dior « bar en corolle » diamond ring. 2) netflix and chill.
○ wolf pack:

MessageSujet: bippity boppity bitch (calily)   Mar 22 Déc - 13:07



un chemisier, une jupe patineuse et des chaussures à talons, l'ensemble très bien assorti, un mélange de noir et de rose pâle. sur le dos de la chaise, un manteau en fausse fourrure qui souligne l'ensemble et lui permet de ne pas attraper froid en cet hiver. même s'il est doux, ces derniers temps. on est pas loin des quinze degrés, pas de quoi faire des batailles de boules de neige, loin de là. lily pianote sur son smarphone, attendant sa meilleure amie au café. elle est toujours à la bourre, celle-là, une vraie diva. ou alors c'est lily qui est toujours en avance, elle a toujours aimé être la première arrivée - sauf au lycée où elle se fait prier -. pff conseillère d'orientation ! c'est pas le meilleur job qui puisse être sur terre. lily, elle rêvait d'être actrice, d'être sous les feux des projecteurs, de se lancer par la suite dans la réalisation, puis la chanson, l'animation, elle aurait été cette gourde qui se trompe de miss univers, pas ce steve harvey. après cette humiliation, elle serait tombée dans la drogue, elle aurait eu un gosse avec un acteur en perdition, comme leonardo di caprio. et elle serait morte à vingt-sept ans, comme amy winehouse, jimmy hendrix, kurt cobain, jim morrison et janis joplin. et au lieu de ça, elle moisit à eurêka springs et elle apporte son aide à des gamins qui ne savent pas ce qu'ils veulent faire de leur vie. si c'est pas un comble.
le soleil s'est levé il y a peu, c'est peut-être pour ça que madame pushqueen se fait attendre. lily desserre son chignon, elle parait trop stricte, trop proutprout. elle veut avoir l'air d'une femme simple, qui n'en exige pas trop. surtout quand le beau serveur (collègue de son meilleur ami) lui confie quelques sourires en coin, quand il passe près d'elle. il faut qu'elle se concentre sur son objectif : rencontrer un homme correct pour qui elle aura des sentiments. pas juste un type random avec qui baiser de temps en temps et manger un croissant le matin. d'ailleurs, en parlant de ça, son ventre gronde, une tempête, un orage. elle a faim, terriblement faim. qu'est-ce qu'elle fabrique, cal'hyper-pas-à-l'heure? à coup sûr, elle est devant la rediffusion du match d'hier soir. lily commence à trépigner et c'est dans un hairflip plein de bitchiness qu'elle entend la clochette de la porte d'entrée. ah, enfin !
elle claque des doigts comme une princesse - elle le fait toujours pour appeler le serveur, elle se croit dans un grand restaurant, mais ce n'est que la taverne de railroad town -, un grand sourire sur les lèvres, accueillant sa meilleure amie, une bourrique, un bourrin, une nana pas trop nana, elle est bonne, mais qu'est-ce qu'elle est conne. lily l'aime quand même (un petit peu très fort, faut l'avouer), malgré sa manie de tout aligner sur la table et de mettre des pulls jacquards trop larges pour ses belles formes.
where have you been ? i've been waiting for you for like five long, long, long minutes, you're so late ! elle claque encore des doigts, réveillant les autres clients atteints d'encéphalorectomie. lily aussi est dans le coaltar, mais elle est rayonnante, elle s'efforce de l'être. waiteeeeer !!! une vraie connasse, cette fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calista Pushkin

avatar

○ TREE LEAVES : 228

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future:
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: bippity boppity bitch (calily)   Mar 22 Déc - 14:37

- i'm a bitch, i'm a lover
i'm a sinner, i'm a saint, i do not feel ashamed -

A quelques jours de noël, les rues d’Eureka Springs grouillaient de monde. Ce qui rendait Calista folle. Sérieusement, tous ces ploucs ne pouvaient pas réfléchir et faire leurs achats plus tôt ? Ou faire comme elle et commander en ligne sans avoir à bouger de son canapé ? Non mais franchement, ils étaient tous d’une bêtise affligeante. Et ils allaient la mettre en retard avec leurs bêtises. Et tous ces gens qui lui lançaient des sourires niais en lui souhaitant de bonnes fêtes. Ils pouvaient pas marcher plus vite plutôt que de boucher les rues et répandre cette fausse bonne humeur. Et oh, un petit péruvien qui joue de la flûte de pan, comme c’est original et si on bloquait toute la rue centrale pour le regarder. Un vrai parcours du combattant. Elle était maintenant obligée de jouer des coudes pour pouvoir rejoindre le café qui était seulement à deux pas de chez elle, là où Lily devait déjà l’attendre patiemment. Ou pas. Plutôt en train de faire une crise parce qu’elle n’était pas là tout de suite et qu’elle était obligée d’attendre seule. Et puis Cali le savait très bien, dès qu’elle allait arriver, elle allait encore lui faire une remarque sur son look. Mais elle s’en foutait, son jean il était confortable. Tout comme son pull noir et sa doudoune sans manche. C’était un look sport chic voilà. Et puis merde, on s’en foutait elle faisait ce qu’elle voulait non ? Et même si elle savait que Lily allait être chiante, elle s’en foutait aussi, parce que sa meilleure amie, elle l’aimait quand même. Avec ses qualités et ses défauts. Surtout ses gros défauts. Qui étaient proches des siens. C’était sûrement pour ça qu’elles s’entendaient si bien. Et puis au fond Cali savait. Elle savait que Lily et elle allaient finir comme deux grands-mères, vivant dans des maisons mitoyennes et qu’elles passeront leurs journées assises dans leurs rockingchairs à critiquer et gueuler sur les passants, entourés d’une vingtaine de chats. Et l’idée n’était si horrible que ça. Elle arriva enfin à ouvrir la porte du café en contournant comme une chef une poussette … mais quel genre d’abrutit sortait quelques jours avant noel en ville avec une poussette ?! A peine entrée, la voix mélodieuse de Lily chatouilla ses oreilles. « where have you been ? i've been waiting for you for like five long, long, long minutes, you're so late ». Calista lui répondit au tac au tac.« Damn girl, breath. I know you need me and love me, but sometimes you have to understand that I have something called a life … OK, the rednecks are out for christmas shopping, don’t go out for the next hour or you’ll die». Elle s’installa à la table, ou plutôt s’affala sur la banquette parce que c’était comme ça qu’elle était le plus confortable. Puis machinalement, elle reposa à la bonne place (c’est-à-dire deux centimètres plus à droite) les verres posés sur la table. «waiteeeeer !!!» Elle baissa légèrement ses lunettes de soleil pour regarder son amie dans les yeux. « I’m surprised the waiter is not already here, looking at you with the look of loooooooove. He’s kinda cute though ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Farraday

avatar

○ TREE LEAVES : 224

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future: 1) find a stupid rich husband who can afford to buy me a archi dior « bar en corolle » diamond ring. 2) netflix and chill.
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: bippity boppity bitch (calily)   Mar 22 Déc - 18:38

peut-être avait-elle été un peu sèche sur le coup, elle ne peut pas lui en vouloir pour seulement cinq minutes de retard, après tout. elle ne lui en avait pas voulu quand elle lui a dit que sa jolie robe la boudinait, elle ne lui en avait pas voulu non plus quand elle lui a offert un snuggie lépoard à noël. cali n'était vraiment pas très douée pour choisir les cadeaux, même lily faisait mieux : elle avait pris le soin de lui offrir un kit de nettoyage et un livre de recettes. cette année, elle espérait vraiment recevoir quelque chose de satisfaisant de sa part et ne pas devoir simuler la joie de recevoir une serpillière géante à motif de la jungle. mais peu importe ce qu'elle lui offrira, rien ne pourra se mettre entre elles. parce que malgré tout, les deux jeunes femmes s'apprécient énormément. on dit qu'un ennemi en commun, ça rapproche. et si elles se détestaient quand elles étaient enfants, elles se sont rendus compte qu'elles avaient une aversion pour la même espèce : les garçons. enfin, un garçon en particulier, mais finalement, elles les ont tous mis dans le même panier. tous des imbéciles. et en grandissant, elles ont fait des choix de vie radicalement différents. voyez-vous, cali, c'est plus une gabriella : elle est sage, elle sait qu'elle est jolie, mais elle tombe pas dans le panneau facilement, elle se laisse pas avoir par les beaux garçons, elle attend gentiment son troy. tandis que lily, elle a toujours été plus sharpay, croqueuse d'hommes et surtout, croqueuse de diamants. elle se sait fabuleuse et elle sait s'en servir pour attirer les hommes dans ses filets. mais, elle est plus vieux pêcheur que charmante sirène, entre nous.  si elle est envoûtante aux premiers abords, c'est parce qu'il y a du brouillard, un fardage incroyable, un maquillage réussi. elle se rend belle, dans ses manières, mais elle vaut pas un clou, lily. elle serait déjà en train de signer des autographes à los angeles, autrement. si elle est encore là, c'est qu'elle n'arrive à rien dans la vie.
et savoir qu'elle n'est rien, c'est un coup dans l'estime de soi. alors, pour masquer cette fragilité, ce bang bang dans son ego surdimensionné, madame s'adonne aux commérages, aux critiques acerbes, acides. un voile qui lui permet de faire croire qu'elle est meilleure que les autres. d'ailleurs, là, elle pince les lèvres. parce que le look "sport-chic" de son amie lui va bien, mais elle veut toujours être celle qui est au centre de l'attention. alors elle lui fait bien remarquer que c'est elle, la mieux habillée, comme toujours. parfois, elle est bien jalouse de calista. c'est un drôle de bout de femme et elle doit sûrement être sur une meilleure voix qu'elle. elle est plus stairway to heaven, lily est plus highway to hell. mais elle est bien contente que leurs chemins se soient croisés, finalement. avec qui d'autres pourrait-elle se permettre ce genre de matinée-entre-connasses ? même son meilleur ami ne critiquerait pas autant les ploucs d'eurêka springs. le serveur arrive, elle lui adresse un sourire lointain, mort-né et elle se reconcentre sur calista.
ha, ha, ha. he's also kinda gay. elle coule un regard
talking about cuties, i heard your brother is back in town. how come i have never seen him ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calista Pushkin

avatar

○ TREE LEAVES : 228

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future:
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: bippity boppity bitch (calily)   Mer 23 Déc - 17:59

- i'm a bitch, i'm a lover
i'm a sinner, i'm a saint, i do not feel ashamed -

Calista, elle assumait complètement son côté connasse. Ouais, elle avait légèrement tendance à être hautaine et à juger rapidement les gens. Et à ne pas se gêner pour faire ses petits commentaires. Et puis, il fallait l’avouer tout le monde avait au moins une fois dans sa vie pris plaisir à critiquer quelqu’un. Alors lorsqu’on trouvait un partenaire qui aimait faire ça autant que vous, pourquoi sans priver ? Et pour rien au monde elle ne changerait ces petits moments passés en compagnie de Lily. A la terrasse d’un café, dans un centre commercial ou lors d’une soirée, si elles étaient ensembles, l’entourage allait se prendre un ravalement de façade acerbe en pleine tronche. Mais au fond, elles n’étaient si méchantes que ça … Quoi que, elles ressemblaient un peu à une version réelle et adulte de Mean Girls. Mais au moins elles assumaient. Et franchement, toutes leurs critiques étaient justifiées et/ou méritées. Surtout celle sur la gente masculine, ce qui avait eu la chance de les rapprocher par le passé. « ha, ha, ha. he's also kinda gay. ». Elle jeta de nouveau un regard vers le serveur et haussa les épaules. « talking about cuties, i heard your brother is back in town. how come i have never seen him ? » Elle leva les yeux au ciel et soupira bruyamment. « Don’t tell me you have a weird fetish for redheads ». Depuis toujours, les amies, copines ou vulgaires connaissances de Calista ne pouvaient s’empêcher de faire des petits sous-entendus sur son frère. OK, être super hot était de famille chez les Pushkin, même si elle était un cran au-dessus d’Orion. Puis elle regarda Lily plus sérieusement. « Don’t count on me to do the match-maker ok … Or don’t even think about doing something with him, that’s just gross ». Lily était comme sa sœur alors l’imaginer une seule seconde avec son frère était tout bonnement impossible. Rien que d’y penser ça lui filait des boutons. Le serveur arriva enfin à leur table et Calista ne se gêna pas pour le regarder de haut en bas de son regard perçant. Bon, son gaydar semblait vraiment être en peine. « Coffee. Black. And a tripple chocolate muffin. And for the lovely lady, a pumpkin spice latte I guess ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Farraday

avatar

○ TREE LEAVES : 224

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future: 1) find a stupid rich husband who can afford to buy me a archi dior « bar en corolle » diamond ring. 2) netflix and chill.
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: bippity boppity bitch (calily)   Lun 28 Déc - 20:49

elle dévisage calista, comme elle a tant l'habitude de le faire. elle ? intéressée par un rouquin de sa famille ? jamais. certes, les pushkin doivent avoir de sacrés bons gênes (il suffisait de connaître cali depuis l'école élémentaire, cette fille est de plus en plus belle chaque jour), mais elle ne se ferait jamais l'affront de sortir avec un rejeton de cette lignée. après tout, elle a déjà bien assez de pushkin dans sa vie. i will never ask you to do that, you know i can't stand what starts with push and ends with kin. elle a ce rire machiavélique de sorcière, le genre de rire qu'elle peut se permettre avec calista, mais jamais de la vie avec un prétendant. si elle rit comme si elle faisait partie d'un coven, ça ne le fera pas. et dieu sait qu'elle a envie que ça se fasse. elle se reprend très vite, lorgne sur le beau serveur, envie son meilleur ami, quelques secondes. lui, il doit être bien content de travailler tous les jours avec ce beau monsieur. à croire qu'ils n'engagent que des homosexuels, dans le coin. ça doit être à la mode. elle balaye cette idée stupide de sa tête d'un geste leste de la main pour replacer une mèche folle. elle fait cliqueter tous ses jolis bracelets. hmm no,  i will take something else this time, a simple latte will do it. hmmmm, i'll also have a giant cookie please. and no foam for the latte, thank you. elle se débarrasse de lui en le fusillant du regard, puis le glisse vers cali. elle lui attrape la main pour qu'elle arrête d'aligner les couverts à la carte. omg, have you heard about pad dunham ? because i saw him like... two days ago when i was buying a guitare - yes i am trying to do something else than having sex with strangers - and he was all like "i'm so cool, i'm so fresh" with is perfect blonde hair and i was like "no effing way". elle est partie, il est difficile de l'arrêter. elle fait tellement mégère californienne, le genre de valley girl par excellence. you know, it's that guy who was with trashy-dash, the total div. i mean, you don't like him ? right ? because if the guy's back in town, maybe they are going to be back together. i thought he was singing in nashville or something. une vraie commère. les cafés arrivent, elle ne fait même pas attention au serveur. elle croque dans son biscuit géant aux pépites de chocolat. i remember when you two guys were friends. i still wonder what happened, but, anyway. une bitch jusqu'au bout des ongles, à remuer le couteau dans la plaie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calista Pushkin

avatar

○ TREE LEAVES : 228

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future:
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: bippity boppity bitch (calily)   Mar 29 Déc - 1:05

- i'm a bitch, i'm a lover
i'm a sinner, i'm a saint, i do not feel ashamed -

Elle regarda Lily avec un petit sourire moqueur. « Come on … you love it when a little bit of Pushkin is spicing up your life.». Mais elle était déjà partie sur son rire de folle bonne pour l’asile. Qu’est-ce qu’elle pouvait adorer cette fille quand même. « omg, have you heard about … ». Lorsque le début de cette phrase résonna dans ses oreilles, les yeux de Calista commencèrent à briller. Des ragots. Et Lily était toujours experte pour dégoter les exclusivités. Elle posa sa seconde main sur celle de Lily, comme si elle était en train de lui faire une émouvante révélation de la plus haute importance. Mais lorsqu’elle prononça le nom de l’autre abrutit, Calista tomba de haut. Très très haut. Parce qu’elle pensait qu’elle n’aurait plus jamais à entendre ce nom. Sauf dans les jérémiades de l’autre pépito aka Dash. Et encore, l’autre pépito n’avait pas prononcé ce nom depuis des années. Et Calista n’avait jamais vraiment eu la courtoisie de vraiment écouter ce qu’il racontait lorsqu’elle était en sa compagnie. Parce que elle et Dash  Les efforts qu’elle faisait pour Raph quand même. Tout ça à cause de cette raclure de Dunham. Elle n’avait jamais pu le blairer ce con là. Elle écouta avec attention tout ce que Lily lui raconta, avec un léger pincement au cœur lorsqu’elle parla de Dash. Lily, elle n’avait jamais pris des pincettes pour aborder les sujets qui fâchaient. Mais d’un autre côté elle ne pouvait pas savoir. Parce que tout était la faute de Pad et que lorsqu’il avait pris la poudre d’escampette comme un lâche, Calista n’avait plus jamais abordé son existence ou son amitié avec Dash. Bon, il y avait aussi la sale fierté de Cali qui entrait en jeu là-dedans, mais elle préférait rejeter la faute sur blondie et pépito. Elle ne regarda même pas le serveur quand il leur apporta leur commande et se rua sur son café, puis commença à décortiquer son muffin pour manger les pépites qui dépassaient sur le dessus. Calista tenta quand même de rester impassible et de ne pas montrait que le sujet l’affectait plus qu’elle ne l’aurait aimé. « Nooooooo way. First, good idea for the guitare, but it’ll be so hot to see you playing that you’ll have even more guys begging you to have sex with them … will you be able to face that ? … And Pad Fucking Dunham. Can’t believe it. But I’m sure that his ‘so cool and so fresh attitude’ is hiding the actual truth. That he is crying himself to sleep every night because he is a fucking moron and that’s all he will ever be. ». Puis elle s’imagina les retrouvailles Dash/Pad. Putain. Non. Dash serait quand même pas assez con pour … Mais merde, bien sûr qu’il était assez con. Comment elle avait pu supporter cet abrutit aussi longtemps déjà ? « Yeah, I can’t believe I used to considere this dickhead as a friend. The guy is a real pain in the ass » Puis, elle eut un sursaut. « I HAVE to tell Raph about freakin’ Pad. ». Elle sortit alors son portable et se mit à taper frénétiquement sur ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Farraday

avatar

○ TREE LEAVES : 224

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future: 1) find a stupid rich husband who can afford to buy me a archi dior « bar en corolle » diamond ring. 2) netflix and chill.
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: bippity boppity bitch (calily)   Mar 29 Déc - 15:53

nooooooo way. elle a le sourire satisfait de quelqu'un qui a bien fait son boulot. elle adore dénicher les derniers potins et faire courir des cancans. l'autre jour encore, on pouvait la voir fouiner à la bibliothèque au sujet d'un certain "andy" assez louche. elle ne pouvait pas se permettre de le faire sur son laptop ! imaginez qu'un psychopathe parvient, au beau milieu de son enquête à la agatha christie, à remonter vers elle ? alors elle s'est dite que, si elle faisait les recherches à la bibliothèque, il serait moins facile de la tracer. parfois, elle peut se montrer très paranoïaque. mais bon, tout métier a ses risques et commère est un des boulots les plus dangereux. first, good idea for the guitare, but it’ll be so hot to see you playing that you’ll have even more guys begging you to have sex with them … will you be able to face that ? son regard se perd quelques secondes dans le papier peint horrible qui recouvre les murs du café. merde alors, elle n'y avait pas pensé. après tout, quel était son objectif ? s'intéresser moins aux coups d'un soir ou tous les attirer comme les mouches sont attirées par la bouse de vache ? (lily n'a jamais été très melliflue et les hommes du coins sont effectivement plus grosses mouches poilues que jolies petites abeilles). elle tape du pied, elle a certainement commis une erreur en achetant cette guitare, elle sera forcément encore plus irrésistible qu'elle ne l'est déjà. shit, i should have thought of that. son expression de déception s'estompe comme un pet sur une toile cirée quand calista lui tient des propos médisants comme elle les aime… pad fucking dunham. can’t believe it. but i’m sure that his ‘so cool and so fresh attitude’ is hiding the actual truth. that he is crying himself to sleep every night because he is a fucking moron and that’s all he will ever be. ah ! en y repensant, quand elles étaient encore adolescentes, calista n'avait jamais fait sa sucrée avec le petit dunham. les filles ne l'ont connu que deux ans, mais elles préféraient clairement ne pas l'avoir dans le collimateur. enfin surtout calista puisque lily a toujours fait en sorte de se tenir à l'écart de ces dramas, puisque tout ce qui concerne trashy-dash ne l'intéresse que très peu. (enfin, elle ne disait pas la même chose quand elle était amoureuse de lui quand ils n'avaient que quatre ans). tout ça, c'est de l'histoire ancienne. c'est à peine si elle jette un œil à son profil facebook. à peine. ça blablate encore à propos de dash, peut-être qu'elle a mal fait d'en parler. mais d'un autre côté, ça lui permet de cracher son venin donc elle ne s'en plaint pas. sauf quand cali ramène randals dans la conversation. oh gosh, really ? do you want to know what i've heard about him ? he's too close from spencer. they're friends like, since they're kids and i know her, she will never tell me anything about her love stories because she knows me -therefore she knows i will tell it to everybody in this town-, and guess what ? i found out she had a baby crush on him. i mean, randals is not that bad to stare at, once you've got rid of his thick eyebrows and his invasive moles and... i mean, if he had a nice haircut, we would not even see his other... features. anyway, i've heard they've been fooling around lately, i mean, that's gross because she's my sister and i don't like her hanging with some dorky orangutan of moderate intelligence but like, god, what a manwhore. le mensonge ne tue pas, si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calista Pushkin

avatar

○ TREE LEAVES : 228

• MY HANDS BEFORE MY EYES
○ wishes for the future:
○ wolf pack:

MessageSujet: Re: bippity boppity bitch (calily)   Mer 30 Déc - 2:32

- i'm a bitch, i'm a lover
i'm a sinner, i'm a saint, i do not feel ashamed -

Cali dériva son regard de son téléphone vers Lily en levant un sourcil. Oui, un seul sourcil, ce qui signifiait ça vrai surprise. Ou alors qui demandait implicitement à Lily si elle était pas en train de se foutre de sa gueule. La bouche légèrement ouverte aussi, prête à gober une mouche. Raph, SON Raph serait en train de fricoter avec Spencer ? Pas qu’elle soit jalouse mais … Elle avait du mal à imaginer Raph avec Spencer. Avec une nana qui avait un ADN proche de Lily. Elle avait du mal à l’imaginer avec une nana. Parce que personne était assez bien pour son Rafiki dans ce trou paumé. Il méritait quand même mieux qu’une bouseuse ou pire ... finir sa vie seul avec Dash. Le pire serait qu’elle soit coincée avec eux dans l’affaire. Obligée de vivre dans une maison de retraite, courtisée par des vieux croutons en chaise roulante, coincée entre Raph qui parle poney et Dash qui chante du Disney. L’horreur. Cali n’avait aucun intérêt à vivre vieille si c’était pour endurer ça les dernières années de sa vie. « Come on, he’s probably the hottest redneck here … way better than Cooper in my opinion. And I see you’re pretty accurate when you’re describing him … like you’ve been starring at him … a lot … is someone having a little crush ? Are you jealous that he is fooling around with her and not you ? ».  Bon ok, la seule jalouse c’était Cali. Pas parce qu’elle voulait Raph pour elle. Enfin, si, elle voulait le garder pour elle mais … Pas comme ça … Et puis merde, elle avait pas besoin de s’expliquer. Nan elle était jalouse que Raph ne lui ait rien dit. Si c’était vrai. D’ailleurs, est-ce que c’était vrai cette histoire ? Parce qu’elle avait du mal à y croire quand même. « And you should verify your sources honey, if the dorky orangutan was having some action with a lady, i’d know it ». Enfin, elle préfèrerait qu’il la mette au courant lui-même et …. Bon et puis, pas la peine d’épiloguer, Calista avait décidé que toute cette histoire était fausse. Elle croqua dans son muffin et but une longue gorgée de café.« But talking about manwhore, where is Cooper, haven’t seen this little bitch in a while … ». Bon ok, elle avait peut être été un peu loin. Et même si elle adorait Lily, quand elle attaquait Rafiki, Cali pouvait se permettre d’attaquer gentiment Cooper en retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: bippity boppity bitch (calily)   

Revenir en haut Aller en bas
 
bippity boppity bitch (calily)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ○ EUREKA SPRING (US-AR). :: railroad town :: the grand taverne-
Sauter vers: